Applications mobiles : évolution et perspectives

 

Plusieurs instituts d'études se sont penchés, au cours des 3 dernières années, sur l'évolution des applications mobiles mais aussi sur l'usage que nous en faisons.

Qui ? Quoi ? Quand ? Pourquoi ? Comment ? Voici un tour d'horizon des réponses à ces questions.

 

Je t'aime, moi non plus
 

Un quart des applications mobiles n'est utilisé qu'une seule fois et plus de la moitié des utilisateurs (58%) l'abandonne au bout d'un mois. 75% l'enlèvent au bout de 3 mois.
 

On les utilise certes fréquemment (15 fois/jour) mais plutôt en sessions ultra-courtes. En un mois, seules 18 apps sont utilisées. On se lasse et on les quitte rapidement (au bout de 4,5 fois d'utilisation selon Localytics). 

my mairie, longue durée de vie pour l'application mobile des mairies

 

De 7 à 77 ans ?

Si la tranche des 25-44 ans est celle qui utilise le plus d'applications différentes (29 en moyenne), ce sont les 18-24 ans qui y passent le plus de temps (37h06' chaque mois). Mais les plus de 55 ans ne sont pas en reste. Ils consacrent en moyenne 21h par mois à 22 applications différentes. (Nielsen)



Push or not push ?

A l'heure où la protection des données est un point ultra sensible, on s'étonne d'apprendre que la géolocalisation et les notifcations push sont bien acceptées par les mobinautes, et qu'elles continuent leur progression! En 2014, 29% autorisent régulièrement leurs applications à utiliser leurs données de localisation (contre 27% fin 2012) et 20% à leur envoyer des notifications push (contre 24% fin 2012).
 

Si les applications de la presse ou celles des réseaux sociaux (et mymairie bien sur !) sont encore les principaux pourvoyeurs de push, le « marketing prédictif » ne va pas tarder à en faire la règle dans le m-commerce, comme elle l'est déjà dans le e-commerce, en ciblant notamment les suggestions ou les recommandations produit.



Du pain et des jeux !

Si l'essentiel du temps des mobinautes est réservé aux moteurs de recherche et aux réseaux sociaux (10h56'), la plus forte progression entre deux enquêtes revient aux applications dites de divertissement (jeux, audios, videos),  qui passent de 6 heures à 10 heures/mois.  Les jeux représentent à eux seuls 21,45% du marché et comptent, selon App Annie, une audience plus masculine que la moyenne.